Instruments financiers

Les instruments classiques sont au nombre de 2 :

Les réserves obligatoires, et les opérations « d’open-market »,

Chaque banque doit constituer des réserves à la BCPS proportionnellement au montant de certains dépôts (principalement à court-terme) qu’elle a collectés. Le taux peut varier entre 0 et 10%. Le rôle de cet instrument monétaire est principalement de garantir une certaine stabilité au marché monétaire, en obligeant les banques à garder une marge de sécurité. En effet, quand le taux augmente, les banques doivent placer davantage de réserves auprès de la BCPS, ce qui réduit l’argent disponible pour des prêts. Baisser le taux de réserves obligatoires peut servir à stimuler l’économie lorsque les banques ont des difficultés pour se refinancer et hésitent à prêter aux ménages et aux entreprises.

Dans le cas d’une politique monétaire expansionniste, la BCPS achète des titres financiers ou accepte de prêter de l’argent en échange de titres financiers servant de garanties. En agissant ainsi, la BCPS contribue à faire baisser les taux d’intérêts (puisqu’elle accroît la demande de titres financiers). De cette manière, les banques disposent de davantage de liquidités, ce qui leur permet d’offrir plus de prêts.
A l’inverse, une politique monétaire restrictive est une situation où la Banque Centrale vend des titres financiers pour récupérer des liquidités, retirant ainsi ces dernières du marché. Les taux d’intérêts augmentent donc, puisque l’offre de titres financiers augmente sans que la demande n’ait changé.

+ Les réserves obligatoires

Chaque banque doit constituer des réserves à la BCPS proportionnellement au montant de certains dépôts (principalement à court-terme) qu’elle a collectés. Le taux peut varier entre 0 et 10%. Le rôle de cet instrument monétaire est principalement de garantir une certaine stabilité au marché monétaire, en obligeant les banques à garder une marge de sécurité. En effet, quand le taux augmente, les banques doivent placer davantage de réserves auprès de la BCPS, ce qui réduit l’argent disponible pour des prêts. Baisser le taux de réserves obligatoires peut servir à stimuler l’économie lorsque les banques ont des difficultés pour se refinancer et hésitent à prêter aux ménages et aux entreprises.

+ Les opérations « d’open-market »

Dans le cas d’une politique monétaire expansionniste, la BCPS achète des titres financiers ou accepte de prêter de l’argent en échange de titres financiers servant de garanties. En agissant ainsi, la BCPS contribue à faire baisser les taux d’intérêts (puisqu’elle accroît la demande de titres financiers). De cette manière, les banques disposent de davantage de liquidités, ce qui leur permet d’offrir plus de prêts.
A l’inverse, une politique monétaire restrictive est une situation où la Banque Centrale vend des titres financiers pour récupérer des liquidités, retirant ainsi ces dernières du marché. Les taux d’intérêts augmentent donc, puisque l’offre de titres financiers augmente sans que la demande n’ait changé.

Le marché monétaire ( < 2ans )

Par marché monétaire, il faut entendre l’ensemble de l’offre de la demande concernant les crédits à court terme (crédits d’une durée allant de 1 jour à 2 ans maximum). La tarification opérée sur le marché monétaire se traduit dans le taux à court terme.
La fonction du marché monétaire est triple, à savoir:
*    Il offre une possibilité de liquider les excédents et déficits. En bref, il assure le transfert de fonds d’une partie à l’autre;
*    Il offre à l’autorité une possibilité de se financer temporairement;
*    Il offre une prise à la Banque centrale par laquelle celle-ci peut tenter de stabiliser la valeur de sa propre devise.

Les principaux produits financiers sur le marché monétaire sont:

  • Comptes d’épargne
    Un compte d’épargne est un produit financier qui permet aux clients d’une banque d’épargner et de recevoir en échange une indemnité sous la forme d’un intérêt. Cet intérêt se compose souvent d’un intérêt de base complété d’une prime de fidélité pour les sommes qui sont bloquées pendant 12 mois.
  • Comptes à terme
    Un compte à terme ou dépôt à terme est un produit financier qui permet aux clients d’une banque d’épargner pendant une durée déterminée et ce à un taux d’intérêt déterminé. Si les taux d’intérêt changent pendant cette période, l’intérêt continue néanmoins à courir pour les dépôts à terme jusqu’à l’échéance du dépôt. Cependant, les fonds ne peuvent être prélevés dans l’intervalle.
  • Bons du Trésor
    Un bon du Trésor et une obligation à court terme (maximum un an) qui est émise par le Trésor en financement de la dette publique. Les adjudications ont lieu toutes les deux semaines et portent en principe sur des bons d’une durée de 3, 6 ou 12 mois.
  • Repos
    Repo est l’abréviation anglaise de « Repurchase Agreement » et est aussi appelé en français « cession-rétrocession » de titres. Une cession-rétrocession de titre est un contrat par lequel les parties s’engagent à se vendre des titres à un moment déterminé et à rééchanger ces titres plus tard dans l’autre sens.
  • Commercial Papers
    (comme: certificats de dépôt, certificats de trésorerie et billets à ordre);
    Un Commercial Paper est un instrument financier qui représente une créance à court terme (de 7 jours à 1 an) qui est souvent émise par une entreprise ou institution autre qu’un organisme de crédit (comme une commune). La créance à court terme est conclue avec une banque ou une autre institution financière et ne nécessite pas de donner une garantie ! Le fait qu’aucune garantie ne soit exigée implique toutefois que les banques n’autorisent que des institutions très solvables à y prétendre. La créance est souvent émise «à la valeur au pair» et remboursée «au-delà du pair».
  • Floating Rate Notes (FRN)

Un Floating Rate Note est une obligation avec un coupon variable qui est souvent adapté chaque trimestre.  Le coupon variable se compose d’un indice de référence du marché monétaire (comme «l’EURIBOR») majoré d’un pourcentage fixe.
Les transactions du marché interbancaire sont également effectuées sur le marché financier.

Le marché des capitaux (> 2ans)
Le marché des capitaux est le marché sur lequel les titres sont négociés pour une durée indéterminée ou avec des durées d’au moins 2 ans.
Les principaux produits financiers sur le marché des capitaux:

  • Obligations
    Une obligation est un titre sous la forme d’un titre de dette. Par l’émission d’une obligation, l’organisme émetteur peut attirer des capitaux étrangers, par exemple, pour des investissements. Une obligation donne droit au remboursement du principal à la fin de la durée et est généralement complétée par un taux d’intérêt fixe. Les émetteurs d’obligations peuvent être des entreprises, des institutions publiques et des autorités nationales et locales. Il existe différents types d’obligations avec, chacune, leur propre caractéristique: «obligation à coupon zéro», obligation participante, «obligation subordonnée», «obligation convertible», obligations à prime, …
  • Actions
    Une action est un titre sous la forme d’un certificat de participation dans les capitaux propres d’une entreprise. Un actionnaire est dès lors copropriétaire de l’entreprise pour le pourcentage d’actions qu’il détient. En échange, l’actionnaire a droit à une partie des bénéfices, aussi appelée «dividende». A une action est habituellement attaché un droit de vote que l’on peut exercer pendant «l’assemblée générale» des actionnaires. La négociation des actions d’entreprises cotées en Bourse, selon certains pays, a lieu sur place boursière «Euronext».
  • OPC
    Un OPC (Organisme de Placement Collectif) est un organisme qui gère des fonds provenant d’un groupe d’investisseurs et qui investit collectivement ce capital dans un ensemble d’instruments financiers. En bref, les versements individuels constituent ensemble un portefeuille de placement collectif qui est géré par l’OPC. Cette gestion commune offre différentes possibilités qui sont difficiles à réaliser par un client particulier seul. En effet, pour un montant relativement minime, on peut investir dans un portefeuille très diversifié, en bénéficiant à cette occasion d’un soutien professionnel.
  • Certificats immobiliers
    Un certificat immobilier est une créance sur un bâtiment ou un groupe de bâtiments (en général, il s’agit d’un immeuble de bureaux ou d’un immeuble commercial). Le coupon annuel du certificat immobilier dépend du résultat d’exploitation de la société émettrice relatif au bien immobilier sous-jacent. Le coupon se compose de deux parties, à savoir: d’une part, un remboursement partiel du capital initial qui correspond à l’amortissement annuel du bien immeuble et, d’autre part, au revenu d’intérêts qui est généré par le produit locatif. L’avantage d’un certificat immobilier est que les produits immobiliers dépendent de «l’indice des prix à la consommation», si bien que cet effet reste constant en période «d’inflation» (si l’inflation augmente, le prix du loyer augmente aussi et, avec lui, le revenu des intérêts pour le propriétaire du certificat immobilier). L’inconvénient est que les certificats immobiliers ont une liquidité limitée si bien qu’il n’est pas toujours facile de trouver un acheteur/vendeur.

Le marché des dérivés

Le marché des dérivés est le marché sur lequel les produits financiers dérivés sont négociés. Un produit financier dérivé est une convention financière entre deux parties qui dépend du prix futur d’un actif sous-jacent.  Les actifs sous-jacents sont généralement des titres mais il pourrait également s’agir d’unités monétaires.

Les principaux produits dérivés sont :

  • Futures et Forwards
    Un future est la dénomination anglaise pour un contrat à terme. Il comprend un contrat-type entre deux parties qui stipule que certains produits financiers peuvent être négociés à un prix et un moment préalablement convenus. Le future est généralement lié à des produits tels que des actions, des indices ou des devises (mais peut aussi se composer de matières premières). Contrairement aux options, tant l’acheteur que le vendeur ont une obligation en cas de futures et il n’y a pas de paiement de prime! La négociation d’un future est assurée via un marché boursier agréé.
    Un forward est une sorte de future à cette différence importante que des accords réciproques réels sont conclus et qu’il n’est donc pas question d’un contrat-type. En bref, une convention privée est conclue et elle est établie de manière à répondre aux exigences spécifiques des utilisateurs. Par conséquent, des forwards sont aussi négociés directement entre les deux parties en général.
  • Swaps
    Un swap est un produit financier dérivé par lequel deux parties conviennent de commun accord d’échanger certains flux de trésorerie ou risques – attachés à leurs instruments financiers. Ces deux documents sont aussi appelés parfois « jambes » (legs) de la transaction.
  • Options (par exemple: puts et calls)
    Une option est un produit financier dérivé par lequel deux parties concluent entre elles un contrat à propos de l’achat ou de la vente d’un actif à un prix préalablement convenu et ce « dans un délai préalablement convenu (options américaines) » ou « à l’échéance d’une période convenue (options européennes) ».
    L’acheteur de l’option a le droit de demander que les actifs soient négociés au prix convenu. Le vendeur de l’option a l’obligation de négocier l’actif au prix convenu si l’acheteur le demande. La valeur d’une option est déduite de la valeur de l’actif sous-jacent et majorée d’une prime qui est liée à la durée résiduelle (plus longue est la durée, plus grande est l’incertitude, plus élevée est la prime).
    → En cas d’option put, l’acheteur a le droit de remettre les actifs sous-jacents au vendeur au prix convenu. L’acheteur de l’option put exercera naturellement ce droit lorsque la valeur de l’actif sous-jacent a baissé avec le temps.
    → En cas d’option call, l’acheteur a le droit d’acheter les actifs sous-jacents du vendeur au prix convenu. L’acheteur de l’option call exercera naturellement ce droit lorsque la valeur de l’actif sous-jacent a augmenté avec le temps.
  • Warrants
    Un warrant est un produit financier dérivé qui représente un droit négociable d’acheter de nouvelles actions ou obligations auprès de l’organisme émetteur pendant une période déterminée à un prix déterminé. Il s’agit en fait d’une option mais avec une durée de vie plus longue.